Les Echos récidivent avec de nouveau 3 articles sur le directive AIFM à lire impérativement :

Directive AIFM : les équipes de gestion doivent-elles opter ?
Les fonds qui sont en cours de levée auprès de souscripteurs internationaux ont tout intérêt à se placer sous l’égide de la directive. Encore faut-il qu’ils se conforment aux obligations de transparence et de contrôle des risques imposées par le texte…

Directive AIFM : l’attractivité du non-coté français en jeu
Dans quelques jours, soit le 22 juillet prochain, la directive AIFM (« AIFMD ») entrera en vigueur, après plus de quatre ans de négociations houleuses. Elle imposera de nouveaux fonctionnements aux gestionnaires de fonds alternatifs à travers l’Europe. Mais en harmonisant les règles au sein des Etats membres – et en imposant davantage de régulation aux anglo-saxons -, elle contribuera à relancer l’attractivité de la place financière française, notamment dans l’univers du capital-investissement…

La fiscalité, au cœur de la directive AIFM

L’administration française permet de garantir la neutralité fiscale pour la gestion transfrontalière, promue par le texte européen. Elle doit rivaliser avec le Luxembourg et le Royaume-Uni sur l’imposition du partage de plus-value, pierre angulaire du capital-investissement…

Plus d’articles sur le blog :