Les entreprises tuent-elles la culture digitale ? (par @aponcier pour @01net)

Pour 01 Business, Antony Poncier revient sur l’entreprise 2.0 et sa culture interne du digital :

Les entreprises tuent-elles la culture digitale ?

Les entreprises ont beau affirmer être adeptes de la transformation digitale, elles ont du mal à ne pas étouffer la culture digitale de leurs salariés.
On l’a déjà vu, la transformation digitale c’est le Graal des entreprises. 88 % d’entre elles ont ainsi un projet digital d’après la dernière étude d’Altimeter group, pourtant, il ne faut pas se mentir, on est bien loin de sa réalisation. Les choses progressent, mais la prise de conscience n’est qu’un premier pas. Pour réussir, encore faut-il se mettre d’accord sur ce qu’est un projet digital.

    

Il y a quelques mois, j’avais publié plusieurs articles sur ce thème :


L’entreprise 2.0 ne survivra pas sans intégrer les réseaux sociaux professionnels
Notre monde bouge, le nombre d’abonnés aux réseaux sociaux professionnels s’envole (plus de 225 millions d’utilisateurs de Linkedin, 10 millions de présentations sur SlideShare), le nouvel écosystème poursuit son essor. L’entreprise 2.0 se transforme en 3.0 et cherche à trouver sa place dans ce nouvel équilibre…
(http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/management/organisation/221172684/entreprise-20-survivra-sans-integrer-reseaux-s)

L’entreprise 2.0 ne survivra pas sans intégrer les réseaux sociaux professionnels

  • Liens :

Groupes LinkedIn PRofil LinkedIn auteur LinkedIn

Sponsors du blog :

Actuelia cabinet en actuariatQuanteam cabinet en assurance banque asset management

Pourquoi les patrons français doivent être présents sur Twitter (@LesEchos avec @jacquesrichier)

Les Echos viennent de publier un article sur la présence des dirigeants sur Twitter. Il a été écrit par Marion Blanc, Viviane Chaine-Ribeiro, Jean-David Chamboredon, Frédérique Agnès, Nicolas Bordas, Jacques Richier, Pierre Gattaz

Pourquoi les patrons français doivent être présents sur Twitter (@LesEchos avec @jacquesrichier)

En 140 signes, Twitter offre une prise de parole directe et un dialogue plus incarné avec les clients et les consommateurs. Il permet également d’appréhender son image et sa répu­tation en ligne.
Marion Blanc, fondatrice de Civiliz : « Un moment de détente pour trouver sans chercher et échanger sans formalité. Ma principale source de veille pro. »
Viviane Chaine-Ribeiro, présidente de la Fédération Syntec et du Groupe Talentia : « Espace de liberté ainsi qu’une recherche de communication courte et percutante. Liberté mais danger en fonction des positions occupées. »
Jean-David Chamboredon, fondateur et CEO d’Isai : « Tweeter c’est s’exprimer à la cantonade sans savoir qui vous entend ou vous écoute mais avec la certitude de savoir qui réagit et pourquoi. »
Frédérique Agnès, présidente de MediaPrism Group : « Les droits de cité appliqués, un bel exemple de communication participative, le 1er live referendum, un bel outil démocratique !
Nicolas Bordas, vice-président de TBWA Europe et CEO Monde de Being : « Twitter est le meilleur moyen d’informer et d’être informé »
Jacques Richier, PDG d’Allianz France : « Un fil d’info sur des sujets choisis, thermomètre de l’instant, sans barrières géographiques ni sociales »
Pierre Gattaz, président du Medef : « Twitter c’est un outil du XXième siècle, un des outils de la #transfonum des entreprises ».

    

A relire le portrait de Twittos réalisé avec Jacques Richier :

  • Liens :
  • Groupes LinkedIn PRofil LinkedIn auteur LinkedIn

    Blog alban jarry

    Les fonds immobiliers vus par Solvabilité 2 et AIFM (par Laetitia de Pellegars et @RevueBanque)

    Nous ne sommes pas nombreux à parler à la fois d’AIFM et de Solvabilité 2 dans des articles. Voici un article de Laetitia de Pellegars, pour la Revue Banque. Laetitia est avocate au Barreau de Paris, Responsable Regulatory Franklin. Je la remercie pour la mention car mon aide fut très marginale.


    Les fonds immobiliers vus par Solvabilité 2
    La mise en conformité des assureurs avec les exigences en fonds propres de Solvabilité 2, associée à l’entrée en vigueur d’AIFM, pourrait transformer durablement le secteur immobilier.

    Les fonds immobiliers vus par Solvabilité 2 et AIFM (par Laetitia de Pellegars et @RevueBanque)

        

    Sur le thème d’AIFM et Solvency 2 voici un article que j’avais fait pour l’argus de l’assurance :


    Profiter de la directive AIFM pour répondre à Solvabilité 2
    À l’horizon de janvier 2016, Solvabilité 2 confirmera son statut de plus complexe des réglementations mis en exergue dès juin 2012 par une étude sur le périmètre des données et instruments financiers de l’ European Fund and Asset Management Association (Efama) et de KMPG (3). Face à des taux d’intérêt de plus en plus bas, des actions fortement pénalisées par la charge en capital et une nécessaire diversification des placements, de nouveaux produits innovants sont apparus sur le marché des dettes ces dernières années
    Profiter de la directive AIFM pour répondre à Solvabilité 2 par alban jarry

        

    Ainsi que la video faite avec Jean-Pierre Jacquet sur la thématique de l’immobilier dans le cadre d’AIFM et Solvency 2 pour instit invest :

    Entretien Croisé : l’immobilier dans le cadre d’AIFMD et Solvency 2

    Débat autour de la directive AIFM entre Alban Jarry, Directeur du programme Solvabilité II de La Mutuelle Générale et Jean-Pierre Jacquet, Responsable produits France pour les fonds alternatifs au sein de BNP Paribas Securities Services. Entretien réalisé dans le cadre du séminaire EIFR du 6 février 2014 sur le thème « Fonds immobiliers et AIFMD : comment s’adapter ? »

    Entretien Croisé : l'immobilier dans le cadre d'AIFMD et Solvency 2 - instit invest - jean pierre jacquet - alban jarry

        

    Et la présentation faite pour l’EIFR :

    EIFR

    • Liens :

    Groupes LinkedIn PRofil LinkedIn auteur LinkedIn
    Blog alban jarry

    Les ambassadeurs d’entreprises sur les réseaux sociaux (par @idcarrieres)

    Au travers de 3 articles, Id carrières présente le rôle des 3 types d’ambassadeurs d’entreprise.
    Par contre, il manque probablement le cas des salariés qui représentent de fait l’entreprise mais de façon volontaire et généralement ce n’est pas uniquement sur les réseaux sociaux.


    Les salariés ambassadeurs sur les réseaux sociaux : le point de vue des salariés !
    Dans le prolongement de nos articles relatifs aux réseaux sociaux professionnels, nous abordons aujourd’hui la question des salariés ambassadeurs sur les réseaux sociaux, de leur entreprise.
    Les salariés ambassadeurs est le terme utilisé pour désigner les salariés qui représentent, soutiennent, relaient, promeuvent, etc. leur entreprise sur les réseaux sociaux. Le concept de salariés ambassadeurs est tout particulièrement associé aux stratégies de recrutement sur les réseaux sociaux et aux stratégies de marque employeur.
    Si l’expression de salariés ambassadeurs est facile à communiquer et à comprendre, la mise en oeuvre d’une politique de salariés ambassadeurs et d’une stratégie pose actuellement de nombreuses questions aux entreprises et aux salariés.
    C’est sous cet angle, le point de vue des salariés, que nous avons choisi de traiter le sujet.

    Les salariés ambassadeurs sur les réseaux sociaux : le point de vue des salariés !

        


    Salariés ambassadeurs sur les réseaux sociaux : les questions à se poser
    La notion de salariés ambassadeurs sur les réseaux sociaux est principalement abordée sous l’angle de l’entreprise, de sa stratégie digitale et de sa réputation. Nous avons souhaité l’aborder du point de vue du salarié.
    Dans l’article précédent, nous avons précisé en guise d’introduction la notion de salariés ambassadeurs sur les réseaux sociaux. Les salariés ambassadeurs sur les réseaux sociaux : le point de vue des salariés ! (1)
    Nous avons distingué 3 catégories de salariés :
    Les salariés ambassadeurs,
    Les salariés supporters,
    Les salariés représentants de fait.

    Salariés ambassadeurs sur les réseaux sociaux : les questions à se poser

        


    Salariés ambassadeurs : quels avantages pour sa carrière ?
    Dans les deux précédents articles, nous avons défini les 3 catégories de salariés qui représentent leur entreprise sur les réseaux sociaux, puis nous avons précisé les questions à se poser individuellement et les précautions à prendre pour les salariés ambassadeurs officiels de leur entreprise sur les réseaux sociaux.
    Nous abordons aujourd’hui les motivations et les avantages à être ambassadeur sur les réseaux sociaux de son entreprise, et notamment les motivations et les avantages en relation avec la gestion de sa carrière, donc de son employabilité. Pourquoi serais-je un salarié ambassadeur de mon entreprise ?

    Salariés ambassadeurs : quels avantages pour sa carrière ?

    • Liens :

    Groupes LinkedIn PRofil LinkedIn auteur LinkedIn
    Blog alban jarry

    Animer sa présence sur les réseaux sociaux (par @idcarrieres)

    Id carrières regorge d’articles à lire, en voici 2 qui traitent de l’utilisation des réseaux sociaux.


    Comment compléter son profil sur un réseau social professionnel ?
    Les questions posées sur l’utilisation d’un réseau social professionnel lors de nos accompagnements personnalisés nous ont conduit à rédiger de nouveau articles sur ce sujet intégrant nos recommandations.
    Ce billet porte sur la première étape : Comment compléter son profil sur un réseau social professionnel ?
    Le contenu est avant tout conditionné par l’objectif visé et les conditions de sa présence, plus que par les formats proposés.
    C’est pourquoi nous revenons rapidement en introduction sur les différents objectifs professionnels auxquels le réseau social peut contribuer, et les conditions de votre présence, avant d’aborder les éléments du profil.

    Comment compléter son profil sur un réseau social professionnel ?

     


    Comment animer sa présence sur un réseau social professionnel ?
    Nous avons vu dans la première partie comment compléter son profil sur réseau social professionnel, en prenant en compte ses objectifs et les conditions de sa présence.
    Les questions posées à ce sujet lors des accompagnements personnalisés sont principalement :
    Quelle activité développer sur un réseau social professionnel ?
    Que dire ou faire pour construire et développer son réseau ?
    Comment aborder des personnes inconnues ?
    Combien de temps y consacrer ?
    En résumé, comment animer sa présence sur un réseau social au profit de son objectif ou de ses objectifs professionnels ?
    S’il existe de bonnes pratiques relationnelles formalisées par les plateformes sociales elles-mêmes ou par les premiers adoptants, si des codes relationnels, repris de la vie « réelle » ou nouveaux, s’édictent au fur et à mesure de leur adoption, la personnalisation des actions est un élément clé.

    Comment animer sa présence sur un réseau social professionnel ?

     

    • Liens :

    Groupes LinkedIn PRofil LinkedIn auteur LinkedIn
    Blog alban jarry

    Les 20 experts en Banque les plus suivis sur Twitter par @JuliaLemarchand @efc_fr

    Voici un article à lire de Julia Lemarchand pour news.efinancialcareers.com publié sur les résultats de l’étude sur les principaux comptes Twitter d’expert en banque :


    Les 20 experts en Banque les plus suivis actuellement sur Twitter
    Les experts de la finance se sont bel et bien convertis à Twitter. Entre janvier et juillet 2014, les 120 principaux comptes de la banque, finance, assurance ont gagné près de 252.000 abonnés, atteignant ainsi au total le million de followers, selon une nouvelle étude d’Alban Jarry, financier, bloggeur, expert des réglementations financières et des réseaux sociaux. Du coup, pour être considéré dans le secteur financier comme « influent » sur Twitter, il vous faut atteindre quasiment le seuil des 1.000 abonnés.

    Les 20 experts en Banque les plus suivis sur Twitter par @JuliaLemarchand @efc_fr

     

    Et les résultats complets de l’étude :

              

    Précédentes études :
    Market Data Vendors : http://ow.ly/lPOfg
    Editeurs et Prestataires de services : http://ow.ly/lPOcU
    Réglementations Financières : http://ow.ly/oSKWS
    L’Asset Management français et Twitter : http://ow.ly/oSL08
    Les professionnels de la finance et les réseaux sociaux : http://ow.ly/sdRZx
    Une sélection de 200 comptes Twitter en Banque Finance Assurance – janvier 2014 : http://ow.ly/yVBVH

         

        

    Le Livre Blanc est téléchargeable via SlideShare :

        

    • Liens :

    Groupes LinkedIn PRofil LinkedIn auteur LinkedIn

    3eme Baromètre #Solvabilité2 @AFG_France et @KurtSalmonFR #AssetManagement #Assurance

    Kurt Salmon et l’AFG (Association Française de Gestion) viennent de plublier leur 3eme version du baromètre Solvency 2 vu par les sociétés de gestion. De nouveau un très bon document complet sur l’état de préparation des gérants d’actifs.

    Pendant que les assureurs continuent de se préparer pour l’exercice de septembre, les asset managers livrent leur perception des impacts de la directive. Voici un rapide analyse des données :
    Alors que 83% se déclarent avoir un bonne connaissance de la directive et que les budgets continuent de monter (41% à plus d’1 million), seuls 35% pensent que Solva2 va avoir un impact sur leur gestion et 71% n’ont pas regardé la clause du grand père sur le SCR equity pourtant fortement impactant pour les investissements et fonds en actions. Seuls 50% connaissent le principe de la personne prudente.
    71% pensent qu’elles vont faire en interne la transparisation des fonds pour obtenir des inventaires enrichis et 0% pensent que ce sont les asset services qui vont le faire (pourtant plusieurs grands assureurs ont déjà annoncé préférer les offres des asset services sur ce point).
    Pour répondre aux besoins de leurs clients, 77% souhaitent proposer des produits et/ou services spécifiques aux assureurs dans le cadre de Solvabilité 2
    Chiffre probablement le plus marquant de l’étude, 53% pensent que Solva2 va provoquer une rationalisation du nombre de sociétés de gestion auquel chaque assureur confie ses actifs.

    Quelques données à retenir :

    • 83% déclarent avoir une bonne connaissance de la réglementation Solvabilité 2
    • 83% participent à des groupes de Place : AFG ou Club Ampere
    • 35% pensent que Solvabilité 2 va avoir un impact sur leur gestion
    • 24% pensent que Solvabilité 2 va avoir un impact sur leurs opérations
    • 94% pensent que Solvabilité 2 va avoir un impact sur leurs reportings et SI
    • 75% vont revoir leurs matrices de responsabilités concernant les sujets « Solvabilité 2»
    • 65% pensent que Solvabilité 2 va avoir un impact significatif sur l’allocation des portefeuilles des assureurs
    • 53% pensent que Solvabilité 2 va conduire à une rationalisation du nombre de sociétés de gestion auxquelles chaque assureur / mutuelle confie sa gestion
    • 50% ont étudié le principe de la « personne prudente »
    • 47% envisagent de créer des fonds « Solvency 2 friendly »
    • 77% souhaitent proposer des produits et/ou services spécifiques à leur clientèle assureur dans le cadre de Solvabilité 2
    • 71% pensent faire en interne la production des inventaires transparisés enrichis (et 0% à un Asset Servicer)
    • Pour les inventaires enrichis, 50% vont se tourner auprès des sociétés de gestion concernées (échanges de données entre sociétés de gestion)
    • 79% envisagent d’utiliser le format d’échange de données élaboré par le Club Ampere
    • 88% pensent que la rediffusion de données d’enrichissement des inventaires pose un problème d’ordre juridique ou financier
    • 63% se préparent à des due diligence opérationnels menés par les clients pour vérifier dans le cadre du pilier 2 la qualité et la traçabilité des données
    • 57% n’envisagent pas des calculs de SCR en intégrant les contraintes de passif de leurs clients
    • 71% n’ont pas regardé le traitement de la clause de grandfathering (« grand père ») sur les equity
    • 41% ont un budget supérieur à 1 million d’euros sur Solvency 2

    Pour accéder à l’étude complète :


    Baromètre Solvabilité 2 – 3ème édition – état de préparation des sociétés de gestion
    Il s’agit du troisième baromètre « Impact de Solvabilité 2 sur les sociétés de gestion » mené en collaboration avec l’Association française de la Gestion Financière – AFG, afin d’évaluer et suivre l’état de préparation en France des sociétés de gestion à cette nouvelle réglementation majeure qui concerne une partie importante des investisseurs institutionnels.

        


    COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Baromètre Solvabilité 2 – 3ème édition – état de préparation des sociétés de gestion
    – 83% des répondants estiment bien connaître la réglementation Solvabilité II. Ce point de vue se reflète également dans leur implication dans des groupes de travail de place et au sein des travaux menés en interne.
    – Le projet semble bien pris en main par les sociétés de gestion, qui s’estiment
    pour les 81% en ligne avec leur calendrier initial.
    – Malgré le décalage de la Directive, 31% des répondants ont maintenu leur
    planning initial et 44% ont revu les priorités du projet. Elles mettent ainsi
    l’accent en priorité sur l’adaptation de leurs reporting et leurs outils de calculs. L’effort devra se poursuivre pendant les 18 prochains mois.
    « Les sociétés de gestion ont bien avancé dans leur préparation à Solvabilité 2. Ayant pris la pleine mesure de ses impacts sur leurs activités et des opportunités de développement que cette Directive génère, les sociétés de gestion s’interrogent dorénavant sur leurs capacités à refacturer tout ou partie des coûts de production des nouveaux reporting demandés par les clients institutionnels assujettis. », résume Maxime Gaudin, associé en charge de la Practice Gestion d’Actifs au sein du cabinet Kurt Salmon.

        

    Voici un retour sur le « point sur … Solvency 2 » auquel j’avais participé pour l’AFG il y a un peu plus d’un an :

        

    et la présentation que j’avais fait pour Kurt Salmon sur le thème d’AIFMD :

        

    et celle faite il y a quelques semaine sur l’organisation entre un institutionnel et un gérant d’actif dans le cadre de solvabilité 2 :

    Retrouvez d’autres articles ou présentations :