L’apport du numérique, c’est avant tout le décloisonnement par Fabienne Billat @fadouce (Extrait du #LivreBlanc #112Regards)

____________________________________________________
GOLD sponsor du blog :
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

Sponsors :
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing Cap-Fi Group cabinet en banque finance assuranceQuanteam cabinet en assurance banque asset management
____________________________________________________

Voici un extrait, écrit par Fabienne Billat, du livre blanc « 112 regards sur Twitter »

L’apport du numérique, c’est avant tout le décloisonnement

Le positionnement professionnel élaboré sur les réseaux peut être abordé à plusieurs niveaux.

De la personne qui souhaite construire, améliorer ou faire évoluer son activité professionnelle, jusqu’au recrutement du personnel par les entreprises, les réseaux sociaux, et plus spécifiquement les réseaux professionnels (LinkedIn, Viadeo, Twitter), sont incontournables et souvent efficaces. Mais, de même qu’on ne se lance pas dans la communication digitale pour vendre ses produits, la recherche d’emploi ne devrait pas être la raison première de son inscription sur un réseau. Or, selon un sondage (Etude Randstad), un Français sur trois l’utilise dans ce but, via Facebook (55,9 %), LinkedIn (41,5 %), Viadeo (34,4 %), et Twitter (16,4 %), nouvel entrant qui confirme son rôle grandissant en matière de recrutement.
Néanmoins, ce ne doit pas être une finalité, les réseaux sociaux étant un lieu d’échanges et de communication, par définition évolutifs selon les retours de la communauté et le vécu de chacun. Autrement dit, la stratégie initiée sera sujette à des évolutions et recadrages en fonction des retours d’expérience.
De fait, l’apport du numérique, c’est avant tout le décloisonnement.
La tendance actuelle en témoigne : le compartimentage du travail périclite. Certains secteurs d’activité, comme la communication, le numérique, l’ont bien compris, utilisateurs de longue date des outils de communication digitaux. Et le dirigeant régnant dans son bureau au dernier étage ne fera pas long feu, les hiérarchies et frontières devenant poreuses. En offrant l’accès à d’autres domaines, d’autres niveaux de responsabilités, la connectivité répond légitimement à une évolution sociétale, notamment des jeunes générations.

C’est pourquoi il faut voir plus large.

D’abord en approchant les réseaux sociaux comme des vecteurs de diffusion, d’information, une “mine” dans laquelle il s’agit de discerner ce qui nous intéresse. On ne plonge pas, sans savoir à quelle température est l’eau, n’est-ce pas ? Pour nombre de secteurs d’activité, ils sont une formidable source d’informations fournies par la presse et les médias, vecteurs de contacts, d’invitations à des événements professionnels.
Ensuite, le positionnement. En tant qu’individu, et dans sa dimension d’employabilité. Autrefois, nous étions dépendants des cabinets de recrutement ou des petites annonces. Désormais, il appartient à chacun de créer son profil. Une visibilité évolutive, interactive, fluctuante dont nous sommes responsables. Pour ce positionnement, il faut définir des axiomes. Il s’agit de cibler son secteur d’activité et l’environnement désiré puis choisir les profils à suivre, de dirigeants et de responsables, bien sûr, mais aussi des personnalités qui nous agréent. Aujourd’hui, il appartient à chacun de créer cette employabilité.
Là, est la perméabilité du numérique. Au-delà de notre cœur d’activité, il ne faut pas occulter les sujets périphériques. Pourquoi ne pas évoquer les passions et centres d’intérêts qui font l’étoffe humaine et rapprochent ceux qui les partagent ? Qui sait s’ils ne pourraient pas inverser la situation ? Une passion devenir une activité principale, et la communauté évoluer pour en être fournisseur ou client ? Le numérique ouvre à cette sérendipité.
Je ne peux m’empêcher d’évoquer ici mon parcours. Après 10 ans de communication en agence, puis une pause souhaitée de 10 ans également, c’est grâce à ma pratique des réseaux sociaux que l’on me propose des missions, en totale harmonie avec mes centres d’intérêts, puisque je communique à leur sujet. Identifiée, ma communauté se construit naturellement et j’obtiens pleine satisfaction de cette utilisation, certes addictive et chronophage mais qualifiée et sélective. Le monde numérique n’est pas différent de celui de notre quotidien.
De son côté, tout recruteur grâce aux réseaux sociaux, peut découvrir un profil et souhaiter un entretien. Si la France est en retard, les entreprises les plus modernes commencent à recruter différemment grâce au digital. Elles utilisent les Analytics pour cibler les profils susceptibles de leur correspondre et d’accroître la performance de leur organisation.
BlaBlaCar, comme Box, dans la Silicon Valley, porte un soin tout particulier au recrutement. Ainsi, les employés BlaBlaCar sont recrutés uniquement parmi les utilisateurs du service. Ils sont souvent des “ambassadeurs” – c’est-à-dire les membres les plus actifs et les mieux notés – fortement convaincus de la mission de la startup et déjà familiers de ses valeurs. (Laëtitia Vitaud, Willbe Group).
Statistiquement, 50% des employeurs inspectent les profils des candidats sur les réseaux sociaux. 55% jettent un œil aux comptes Facebook, 45% vont sur LinkedIn et 26% sur Twitter. Enfin, 42% n’hésitent pas à « googliser » leurs candidats. (Pauline Chambonnet, DigiSchool). On le voit, l’identité numérique n’est plus une fiction.
Désormais, les algorithmes utilisés par les cabinets de recrutement permettent de déterminer les meilleurs postulants à une fonction. Selon une étude de l’Harvard Business Review, l’employeur aurait 25% de chance supplémentaire de sélectionner le bon profil en suivant l’avis d’un algorithme. Ainsi, un expert maîtrisant à la fois le métier de recrutement et le vaste espace numérique remplacera avantageusement les méthodes de certains organismes.
C’est pourquoi chaque individu, entreprise, administration deviendra une plateforme numérique, un écosystème qui agrège communication, interactivité, bibliothèque de contenus. Soit une véritable source d’informations professionnelles et humaines, que chacun, émetteur et récepteur, utilisera et enrichira. Le secteur de ’emploi en sera l’un des premiers bénéficiaires.
En conclusion, pour être en cohérence avec l’évolution de la société, il faut rapidement investir cet écosystème !

    

    

    

_________________________________________________________
Présentations :
_________________________________________________________

    

    

    

[#Alire] Le marathonien du numérique, interview de Gilles Babinet (@babgi) par @VioChamp

____________________________________________________
GOLD sponsor du blog :
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

Sponsors :
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing Cap-Fi Group cabinet en banque finance assuranceQuanteam cabinet en assurance banque asset management
____________________________________________________

Violaine Champetier de Ribes a interviewé Gilles Babinet sur les enjeux de l’économie numérique pour la France. Passionnant :

________________________________________________________
Présentations :
_________________________________________________________

       

       

       

La professionnalisation de l’utilisation de Twitter par Pierre Auberger @Pierre_Auberger (Extrait du #LivreBlanc #112Regards)

____________________________________________________
GOLD sponsor du blog :
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

Sponsors :
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing Cap-Fi Group cabinet en banque finance assuranceQuanteam cabinet en assurance banque asset management
____________________________________________________

Voici un extrait, écrit par Pierre Auberger, du livre blanc « 112 regards sur Twitter »

La professionnalisation de l’utilisation de Twitter

L’utilisation de Twitter s’est incontestablement renforcée et professionnalisée. De plus en plus de dirigeants et même de grands patrons ont compris en quoi les réseaux sociaux et plus particulièrement Twitter pouvaient servir leur image et contribuer à apporter leur contribution aux différents débats dans lesquels ils sont malheureusement trop souvent absents. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont devenus des outils incontournables de tout plan de communication, que ce soit dans la sphère économique ou politique. Des baromètres et classements d’entreprises, de dirigeants, de grandes écoles etc. qui mesurent l’influence de chacun sur les réseaux sociaux sont apparus et pris très au sérieux. C’est bon signe !
Je suis convaincu pour ma part que cette tendance va se renforcer progressivement au cours des prochains mois.

    


    

    

_________________________________________________________
Présentations :
_________________________________________________________

    

    

    

58000 vues pour le #LivreBlanc : #112Regards sur #Twitter … de la banque finance assurance

____________________________________________________
GOLD sponsor du blog :
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

Sponsors :
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing Cap-Fi Group cabinet en banque finance assuranceQuanteam cabinet en assurance banque asset management
____________________________________________________

Il y a un mois, le 22 novembre 2015, paraissait le Livre Blanc « 112 regards sur Twitter », je vous remercie toutes et tous pour l’accueil de cet ouvrage qui a déjà été vu plus de 58 845 fois sur SlideShare et LivresBlancs.fr
Avec les extraits, la consultation totale a été de plus de 151 218 vues

A la fin du mois de novembre, l’ensemble des publications que j’ai fait bientôt 3 ans avait passé les 2 millions de vues (blog, slideshare, pulse, le cercle les echos, …)

_________________________________________________________

« L’art du titre » cette expression est souvent utilisée pour parler de Twitter et de la façon d’écrire LE tweet parfait. Les réseaux sociaux seraient-ils devenus une nouvelle forme de 5eme art moderne de l’écriture ? Une sorte de condensé extrême de la littérature où l’écriture serait ramenée à 140 caractères pour être la plus impactante possible ? Cet art de la concision se pratique depuis plusieurs siècles au Japon sous la forme de Haïkus qui sont des petits poèmes très brefs. D’abord maniés avec dextérité, ils sont ensuite calligraphiés.

Quelle aventure !

Cela fait maintenant 3 ans que j’explore l’univers des réseaux sociaux, 3 ans que je découvre leur infinité, 3 ans que j’y partage et 3 ans que j’y trouve sans cesse de nouvelles idées, mais surtout 3 ans que je vis une aventure qui devient de plus en plus COLLECTIVE ! Car avec les réseaux sociaux, fini le « je », c’est le passage au « nous »… Au « nous » des connexions car il faut être au moins 2 pour établir un réseau connecté. Au « nous » du partage des idées et des expérimentations, car Twitter permet de s’organiser collectivement pour discuter en off et repousser sans cesse ses limites. Au « nous » de la rédaction et ce livre en est une nouvelle fois l’illustration. Henry Ford disait que « se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite »

_________________________________________________________

Ce Livre Blanc est consultable et téléchargeable gratuitement sur les plateformes :

Slideshare scribd Calameo livresblancs.fr youscribe kob fnac fnac google drive téléchargment

_________________________________________________________

Ce 3eme livre blanc partage la vision de twittos issus de la banque finance assurance sur leur utilisation de Twitter et son évolution depuis un an. Depuis 3 ans, l’arrivée de ces secteurs a été massive sur Twitter qui est devenu progressivement le fil AFP des nouvelles professionnelles de beaucoup d’entre eux.

Ce livre blanc se décompose en 2 parties :
• Une préface de 62 regards sur l’évolution de Twitter depuis un an
• 50 portraits d’utilisateurs de Twitter

Réunir dans un ouvrage une telle diversité de regards est une chance extraordinaire.

Les 112 participants sont :
STEPHANE ABECASSIS, NABILA AIT SAMADI, HERVE ALEXANDRE, NICOLAS ANTONINI, JEAN-YVES ARCHER, VALERIE ASSELOT, DELPHINE ASSERAF, PIERRE AUBERGER, KIM AUCLAIR, MICHEL AUDEBAN, VINCENT AURIAC, PHILIPPE BANCOURT, SABINE BAUDIN, CONSTANCE BAUDRY, GUILLAUME BAYRE, MATTHIEU BEBEAR, CARELE BELANGER, GIDEON BENARI, JULIEN BENSOUSSAN, PATRICE BERNARD, FABIENNE BILLAT, CYRIL BLADIER, BRIAN BOLLEN, SEBASTIEN BOURGUIGNON, JÖRG BUSER, VIOLAINE CHAMPETIER, FREDERIQUE CINTRAT, MARC COGREL, GODEFROY DE COLOMBE, YANN CORMANT, PIERRE-PHILIPPE CORMERAIE, NATHALIE COUTARD, RAPHAËL CRETINON, MARIELLA CROUY CHANEL, CORALINE DE GARCIA, JEAN-PHILIPPE DERANLOT, VERONIQUE DI BENEDETTO, ROMAIN DION, BENOIT DOS, JEAN-PHILIPPE DUBOSC, PIERRE-ANTOINE DUSOULIER, VINCENT DUTOT, MARIE ELOY, FABRICE EPELBOIN, LOIC FERY, SANDRINE FOUILLE, DOLORES FRAGUELA, MARIE-CLAUDE FRENETTE, THIERRY GALOUX, JOHAN GARCIA, VINCENT GAUDREAU, RAPHAELLE GAUTIER, JEREMY GHEZ, BERTRAND GIBEAU, PHILIPPE GUILBERT, ARMELLE HELLARA, JEAN-PHILIPPE HENRY, AURELIA JAEGER, CYRIL JARNIAS, CAMILLE JOURDAIN, HERVE KABLA, FLORENCE KARRAS, LAURE KEPES, RAPHAËL KRIVINE, MARIE-CHRISTINE LANNE, JEAN LAURENT BIET, KARINE LAZIMI, MARTINE LE JOSSEC, VIRGINIE LE MEE, RONAN LE MOAL, LUDOVIC LE MOAN, BENOIT LEGRAND, JULIA LEMARCHAND, EMMANUELLE LENEUF, FLORENT LETOURNEUR, FRANÇOIS LIMOGE, ERIC LOMBARD, GERARD DE MAUPEOU, RAJAA MEKOUAR, CEDRIC MIGNON, HERVE MONIER, ANDRE MORANDI, ISABELLE MUFRAGGI, MURIEL NICOU, CORYNE NICQ, FABRICE PESIN, DOMINIQUE PIGNOT, BRENDA PLANT, LOUIS-SERGE REAL DEL SARTE, REJANE REIBAUD, THOMAS RENAULT, LOUISA RENOUX, JACQUES RICHIER, MURIEL ROCHER, ALEXANDRE ROCOURT, ANTOINE ROGER, THOMAS RUDELLE, GILLES SAUCIER, MARIE-HELENE SEGUY, ROBERT SOJIC, SEVERINE SOLLIER, JEAN-CLAUDE SUDRE, CEDRIC TEISSIER, PASCAL TRAMBOUZE, PHILIPPE VASSEUR, JEAN-PIERRE WIEDMER, HANS WILLERT, ANTOINE WINTREBERT, NATHALIE WOLF, MARC WOLFF, AXELLE ZANDVLIET, JEAN-PIERRE ZERBA

_________________________________________________________
Soutiens
_________________________________________________________

Je remercie également les associations et médias le soutenant :

• AFG (association française de la gestion financière)
• Axielles
• Club des Assureurs
• L’observatoire Com Media
• EPA (Ecole polytechnique d’assurances)
• Femmes de Bretagne
• Finance Innovation
• Media Aces
• Mina’s Talents
• Profit for non profit Awards
• Tweet bosses
• Observatoire de l’uberisation.org

les médias, journaux et blog :

• L’AGEFI
• Bourse des crédits
• Culture Banque
• Digital Business News
• Digital Insurance
• Flash Tweet
• Garçonne Magazine
• Gestion de Fortune
• Instit Invest
• Le meunier qui dort
• Le Revenu
• Next Finance
• Pub de Com
• Socialter
• Talentéo
• Tout sur mes finances
• TwittMOOC
• L’Express – Votre Argent
• WebLife
• Wizbii – La Ruche

les gold sponsors du blog :

• Microsoft Surface Pro 4
• SIX Financial Information

les sponsors du blog :
• Caceis
• Cap-Fi
• Quanteam

les sponsors de la sortie du livre blanc :
• Aerow
• EPA
• Le Meunier qui dort
• Open Mind KFE

_________________________________________________________
Extraits
_________________________________________________________

_________________________________________________________
Extraits
_________________________________________________________

    

    

Twitter est un couteau suisse de l’intermédiation humaine par Jean-Yves Archer @JYvesARCHER (Extrait du #LivreBlanc #112Regards)

____________________________________________________
GOLD sponsor du blog :
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

Sponsors :
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing Cap-Fi Group cabinet en banque finance assuranceQuanteam cabinet en assurance banque asset management
____________________________________________________

Voici un extrait, écrit par Jean-Yves Archer, du livre blanc « 112 regards sur Twitter »

Twitter est un des couteau suisse de l’intermédiation humaine

Une agrafeuse est un objet aussi utile que d’usage fréquent. Il sert à relier des feuilles qui portent nos idées et analyses. Dans une certaine mesure, les réseaux sociaux sont aussi des outils qui servent à relier, par-delà les distances, fonctions et nationalités, nos idées et nos analyses.
Mais, pardon pour notre chère agrafeuse, les réseaux sociaux sont des sortes de couteaux suisses de l’intermédiation humaine car ils sont clairement multifonctions.
Ils sont véhicules d’information tout autant que vecteurs de connaissances ou supports d’échanges. En clair, ils sont par construction des outils dont la dynamique est un phénomène qui s’auto-entretient. Sur leurs empires, le soleil ne se couche jamais !
Là où parfois Twitter se limitent à des gazouillis un peu potaches, on trouve désormais sur ce fil des opinions ( analyse financière ), des  » breaking news  » ( chute des bourses asiatiques de l’été 2015 ) et des données relatives à des nouveaux produits financiers. ( placements ).
Les  » posts  » sur Linked in sont l’occasion de prendre connaissance du savoir de tel ou tel à coût zéro. Nul besoin de s’abonner, comme il y a dix ans, à telle ou telle revue, désormais les réactions avisées des professionnels de la finance sont aisément accessibles.
Les réseaux sociaux sont donc aussi implantés et familiers qu’une agrafeuse de notre bureau physique. Ce qui est assez fantastique, c’est d’envisager que quelque part dans le monde, de brillants développeurs sont en passe de faire émerger une nouvelle configuration, une nouvelle déclinaison de réseau social. En clair, notre nième couteau suisse des années 2020 enrichi de fonctionnalités que nous ignorons à ce jour et qui correspondront à la finance d’alors.

    

    

    

_________________________________________________________
Présentations :
_________________________________________________________

    

    

    

Twitter est un accélérateur de particules du Personal Branding par Stephane Abecassis @SABK6 (Extrait du #LivreBlanc #112Regards)

____________________________________________________
GOLD sponsor du blog :
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

Sponsors :
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing Cap-Fi Group cabinet en banque finance assuranceQuanteam cabinet en assurance banque asset management
____________________________________________________

Voici un extrait, écrit par Stephane Abecassis, du livre blanc « 112 regards sur Twitter »

Twitter est un accélérateur de particules du Personal Branding

Il y a 2 ans, j’ai eu la chance de rencontrer Alban Jarry. Nos trajectoires professionnelles se sont croisées au bon endroit, au bon moment. Durant un mois, ce professionnel de la finance et de l’assurance m’en a plus appris sur la communication 2.0 que toutes les conférences animées par des experts auxquelles j’ai assisté.
Twitter faisait partie de sa panoplie, et depuis, le monde du Marketing Sportif s’est ouvert à la vitesse de la lumière.

• Twitter : Un accélérateur de particules du Personal Branding. Ecrire du contenu, publier des articles, c’est bien, le partager c’est mieux. La portée d’une publication dépasse largement les frontières du média hébergeur. Mes articles publiés sur Le Cercle Les Echos, relatifs au Marketing des Valeurs, à l’efficacité du Sponsoring ou à la révolution digitale du Sport Business ont avoisiné chacun les 10 000 lectures grâce à la viralité du réseau social.
• Twitter : Une immédiateté et un partage de l’information qui permettent d’affiner un point de vue, une analyse. Ainsi les avis, les expériences et les études diffusés par les spécialistes du Marketing Sportif constituent des cas d’écoles qui forgent et approfondissent la connaissance du secteur. Aller sur Twitter, c’est avant tout savoir écouter…
• Twitter : Un réseau social au sens propre du terme, qui converti des followers en rencontres, le passage du virtuel au réel.
Présidents d’agences ou d’institutions sportives, directeurs marketing d’équipementiers ou de fédérations, bloggeurs influents, journalistes, Maîtres de conférences, clients, j’ai pu obtenir des Rendez-vous grâce à la visibilité que me donne Twitter.
• Twitter : Un carrefour du Marketing 3.0.
L’individu est au cœur de la stratégie des Marques dont la proposition de valeurs devient émotionnelle. Le consommateur, par son engagement sur Twitter, est acteur et porteur de la marque, ce qui constitue le socle de base pour développer une relation durable. La stratégie digitale et communautaire de l’entreprise, tout en maîtrisant son e- réputation, sera ainsi optimisée.
La Boost Energy League (championnat de running urbain regroupant 11 quartiers de Paris) initiée par adidas, Ubi-Bene et Isobar en est le meilleur exemple). Un événement sportif dont le classement dépend aussi de la viralité de chaque équipe sur Twitter. Un expérience fan qui porte la marque.

Twitter a ainsi provoqué une fission de la communication traditionnelle entraînant une réaction en chaîne qu’il faut savoir maîtriser. Le Message n’est plus dirigé d’une façon Top-Down vers la cible, mais devient multidirectionnel. L’engagement et le partage sont les nouveaux maître-mots.

    


    

    

_________________________________________________________
Présentations :
_________________________________________________________

    

    

    

[#Conference] Keynote « #Fintech vs #Banques » du WEB2BUSINESS (@WEB2B2016 #FrenchTech) #business

____________________________________________________
GOLD sponsor du blog :
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

Sponsors :
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing Cap-Fi Group cabinet en banque finance assuranceQuanteam cabinet en assurance banque asset management
____________________________________________________

Voici le contenu de la Keynote du 12 janvier au WEB2BUSINESS : Fintech VS Banques : un nouvel âge d’or pour les clients des services financiers ?
avec
Celine LAZORTHES Founder & CEO at LEETCHI
Anne Laure NAVEOS Head of Group M&A Crédit Mutuel ARKEA
Joelle DURIEUX DG de FINANCE INNOVATION
Gonzague GRANDVAL, co-funder PAYMIUM
Nicolas CHATILLON directeur du développement de BPCE et Président de S-MONEY
Laurent NIZRI Vice Président de l’ACSEL


Fintech VS Banques : un nouvel âge d’or pour les clients des services financiers ?
“Simple can be harder than complex: You have to work hard to get your thinking clean to make it simple. But it’s worth it in the end because once you get there, you can move mountains.” disait Steve Jobs. Et si l’avenir des banques s’inscrivait dans une nouvelles démarche vis à vis de leurs clients, dans l’apport de nouveaux services, dans la simplification de leurs offres ? Les Fintech peuvent-elles répondre ou les aider à répondre à ces nouveaux paradigmes ? Comment se financent-elles pour innover toujours plus ? D’autres nouveaux entrants peuvent-ils venir bouleverser à court terme le marché ?

Pour lire la totalité du texte, cliquez sur le lien http://www.web2business.fr/?page_id=507

_________________________________________________________
Présentations
_________________________________________________________