Je twitte, donc je suis ? (@sandrine_rollin) #612Rencontres #socialmedia

Gold sponsor du blog
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

sponsors
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing  Cap-Fi Group cabinet en banque finance assurance  Quanteam cabinet en assurance banque asset management
sponsor du blog

Extrait du livre Blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux »

_________________________________________________________
Texte de Sandrine Rollin
_________________________________________________________

Je twitte, donc je suis ?

J’entame la rédaction de cet article, destiné à préfacer le Livre Blanc d’Alban Jarry sur les Réseaux Sociaux, alors que je viens de franchir la barre des 400 abonnés sur mon compte Twitter. Ce chiffre pourrait vous paraître ridicule ? Pas du tout. Pour moi, ce chiffre a une vraie signification, considérant que je suis active sur ce réseau social depuis seulement un an et demi.
J’avoue qu’il m’a fallu pas mal de temps, pour me lancer sur Twitter, alors que j’ai sans doute fait partie des tous premiers utilisateurs de LinkedIn.
Au départ, je considérais Twitter destiné aux gens célèbres, politiques, artistes, etc. qui faisaient part de leurs actualités et leurs humeurs. Beaucoup plus efficace qu’une attachée de presse ! Puis, Twitter a rencontré son audience chez les journalistes, les communicants, les blogueurs… Et, le monde de l’entreprise s’est ensuite emparé de Twitter comme un formidable tremplin de promotion commerciale.
Je travaille dans une entreprise du secteur IT qui a franchi le pas il y a environ trois ans d’intégrer les réseaux sociaux dans sa stratégie marketing et communication et qui a mis en place des initiatives auprès de ses employés. J’ai ainsi contribué à de nombreuses réunions d’ambassadeurs de la marque pour développer son image personnelle au travers de l’image de l’entreprise.
Et, à vrai dire, c’est justement l’identification de mon positionnement éditorial sur Twitter qui m’a pris le plus de temps. J’ai décidé d’avoir un positionnement métier, et j’allais donc tweeter sur des sujets où je pouvais réellement apporter de la valeur dans le contenu, c.à.d. le marketing en B2B.
Et c’est ainsi que l’effet boule de neige de Twitter est entré en action. Tout d’abord, c’est un formidable fil de nouvelles, j’y ai retrouvé bon nombre de mes lectures habituelles et bien d’autres encore. Ensuite, alors que je twittais timidement sur des articles que j’avais lus, je voyais mon nombre d’abonnés augmenter, et une forme d’adrénaline avec. Je suis devenue un peu « accro », un de mes premiers gestes du matin est de consulter quel est mon nombre d’abonnés sur Twitter. Et comme je twitte majoritairement en anglais, je veille aussi sur mon public outre-Atlantique.
Puis, j’ai découvert l’effet de palier de Twitter : dix nouveaux abonnés un jour, quinze de moins le lendemain. Et aussi, Twitter ne s’arrête jamais, jamais, jamais. A certains moments où je ralentissais mon activité, mon nombre d’abonnés s’en voyait diminué. Twitter est impatient et infidèle !
Plus récemment, je me suis mise à utiliser des outils de planification de mes tweets, je rentre dans un mode d’organisation plus structuré, plus professionnel par rapport à mon activité sur Twitter.
C’est ainsi que Twitter m’a également ouvert à de nouveaux réseaux, de nouveaux contacts et des opportunités de contributions comme celle-ci.
Alors quelle est la mesure de mon influence ? Ai-je réellement de l’influence ? Il faut la construire. Mais je partage et je contribue au partage. Car c’est avant tout l’essence des réseaux sociaux : le partage et l’amplification.
Car Twitter résume bien le monde ultra communicant, ultra connecté dans lequel nous vivons actuellement. Twitter, c’est une liberté d’expression pour chacun, quelle que soit sa situation. Et il contribue résolument à cette nouvelle soif d’information qui nous habite, mais qui nous rend plus versatiles aussi.
D’où l’importance capitale d’être toujours cohérent dans le contenu et de favoriser la qualité des échanges à la quantité.
C’est pour cela que je reste concentrée sur mon positionnement, ma ligne éditoriale, et quand je regarde ma liste d’abonnés, même si en réalité, je n’en connais que moins d’un dixième (aussi une autre différence entre Twitter et LinkedIn), je peux voir une bonne cohérence de mon audience, et, ça, j’en suis fière ! Qualité vs. Quantité. Et pas de tête d’œuf ! 

_________________________________________________________
Les 2 tomes :
_________________________________________________________


    

_________________________________________________________
un extrait :
_________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s