Cet article de Sandrine Chesnel et Grégory Lannes pour L’Etudiant est l’occasion de vous parler de l’utilisation des réseaux sociaux par les étudiants tel que je la perçois actuellement.

Réseaux sociaux : Twitter peut-il vous aider à trouver un emploi ?

Difficile de ne pas envisager d’utiliser Twitter dans sa recherche de job. Mais si le site de microblogging constitue un très bon outil de réseautage, quelques tweets, même bien placés, ne suffiront pas à vous faire décrocher un CDI… Que pouvez-vous réellement attendre du réseau dans votre recherche ? Comment l’inscrire efficacement dans vos démarches ? Conseils d’experts et d’utilisateurs.

Pour rappel, grâce à Twitter (en y mettant une annonce), il y a quelques mois j’avais pu trouver une stagiaire en 48h. Régulièrement sollicité par des étudiants pour répondre à leurs questions pour leurs mémoires, pour transférer leurs CV à la DRH, … je pense néanmoins que LinkedIn et Twitter sont actuellement sous utilisés. Je rêve d’avoir 20 ans de moins et ces outils gratuits à disposition.

Explication …

Tout d’abord, il est primordial pour un étudiant de commencer à bâtir son réseau dès son premier stage. La chance de croiser des professionnels doit immédiatement s’accompagner d’une demande de mise en relation. Peu refusent, autant en profiter. Il ne faut pas non plus hésiter à demander des recommandations (ce qui aidera ensuite dans la recherche du premier emploi …).
Dès qu’un mémoire n’a pas d’informations confidentielles, il ne faut pas hésiter à le mettre en ligne sur son profil LinkedIn et sur SlideShare (par exemple celui de Jerôme Boullay a été vu plus de 6800 fois ! sur le sujet d’AIFM ce sont forcément des professionnels qui en sont les lecteurs …)
Sur Twitter, peu d’étudiants osent s’abonner à des comptes d’experts … pourquoi ? Pourtant ce sont probablement des accès rapides au marché de l’emploi ou à minima des points d’entrée dans un vaste réseau. Les abonnements sont souvent réciproques et donnent une chance à n’importe quel étudiant de faire passer son message (surtout que pour le moment le nombre de demandes est très faible). Pour ceux qui osent, la démarche est souvent gagnante. Idem pour LinkedIn, il faut tenter car peu de professionnels refusent les mises en relation.

Dernier point, un mémoire s’accompagne souvent d’interviews… comment faire pour atteindre des experts sinon en passant par Twitter ou LinkedIn ? Dernièrement, une étudiante m’a sollicité sur le thème des réseaux sociaux dans la finance et j’ai tout de suite accepté de répondre à ses questions. Je l’ai ensuite interrogée sur qui elle avait pu interviewer et … complété un peu sa liste 😉 (merci aux 4 ou 5 amis ayant joué le jeu). De plus, le CEO de sa structure venait de répondre à l’un des 50 portraits du livre blanc, je lui ai conseillé d’essayer également de l’interviewer … finalement elle a osé et pu obtenir également un retour de sa part. Du coup son mémoire est très très riche, je pense qu’elle aura une note exceptionnelle vu la qualité de son travail

Un point de vigilance, quand j’ai des demandes via LinkedIn d’étudiants, je suis souvent étonné par le peu d’informations qui est renseigné sur leur profil. Depuis 2 ans, je n’ai vu qu’une ou deux fois un profil vraiment finalisé … Comment est-ce encore possible ? Pour les 2 l’ayant fait, c’est une arme redoutable pour trouver un travail rapidement et éveiller l’attention d’éventuels recruteurs. Un profil se travaille, c’est devenu la vitrine d’une candidature et parfois plus important qu’un CV …

     

A relire le livre blanc :

 

   
Et la préface d’Olivier Gonzalez, Directeur Générale de Twitter France :

  • Liens :

Groupes LinkedIn PRofil LinkedIn auteur LinkedIn

GOLD sponsor du blog :

Six Financial Information - données financieres - MArket Data

Sponsors :

Actuelia cabinet en actuariatQuanteam cabinet en assurance banque asset management