#Twitter, la mort annoncée d’un réseau social ? (@Nad_Alves #612rencontres) #socialmedia

Gold sponsor du blog
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

sponsors
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing  Cap-Fi Group cabinet en banque finance assurance  Quanteam cabinet en assurance banque asset management
sponsor du blog

Extrait du livre Blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux »

_________________________________________________________
texte de Nadia Bahhar-Alves
_________________________________________________________

Twitter, la mort annoncée d’un réseau social ?

Twitter, créé en 2006 et reconnu en 2013 comme étant le 2ème réseau social le plus grand au monde (Source : Le monde) avec une progression de 100 millions de personnes par jour (Source : SEC), stagne aujourd’hui à 310 millions d’utilisateurs par mois (Source : Blog du Modérateur) (MAU- Monthly Active Users) alors que ses « concurrents » tels que Facebook, Snapchat ou encore Instagram connaissent eux une progression en nombre d’utilisateurs croissante et impressionnante.
Le « petit oiseau bleu » ne cesse depuis quelques temps de faire couler de l’encre aussi bien au niveau des médias que des publications d’études, tant sur sa gouvernance que sur sa perte de nombre d’inscrits ou de résultats financiers en chute libre.
La montée en puissance des autres réseaux sociaux, pour ne citer ici que Snapchat qui engrange plus de 150 millions d’utilisateurs actifs par jour (Source : Bloomberg) (DAU – Daily Active Users) est au cœur des débats utilisateurs/cibles versus prise en main des marques/médias, ne fait qu’accentuer l’écart qui se creuse entre l’utilité première de Twitter et ses chiffres annoncés dernièrement.
En effet, Twitter a été conçu et pensé comme une plateforme de microblogage ou microblogging permettant aux utilisateurs de diffuser des messages courts, des « tweets », dans la limite des 140 caractères. La réciprocité n’y est pas obligatoire et l’application s’est démocratisée très rapidement auprès d’un public novice puisqu’il était à la base limitée aux avertis à savoirs les bloggeurs, journalistes ou influenceurs…
Ainsi tout un chacun, peut désormais se créer un compte Twitter et entrer dans la communauté de la « twisttophère ». L’objectif ? Simplement suivre (« Follow ») des individus, personnalités, entreprises, marques … qu’il jugera influentes ou s’inscrire dans une démarche de relais d’informations de tous types (institutionnelle, musicale, politique, business, …) afin de se constituer un réseau ou à son tour d’émerger de la masse pour être connu et reconnu à son tour comme influenceur.
Twitter est-il mort ou proche de son déclin ?
Les nombreuses publications actuelles ne dessinent pas un avenir radieux à ce réseau social qui avait été pensé, sur la base de la gratuité, pour connecter les personnes au-delà de nos frontières et de nos habitudes de communication. Chiffre d’affaires en berne, système applicatif en retard, 140 caractères qui limitent son utilisation (versus Facebook par exemple) et désenchantement des nouveaux utilisateurs pour qui la prise en main peut parfois être plus complexe, la gouvernance du microblogging qui vacille, …
Alors Twitter est-il mort ou proche de son déclin ? A cette question, il est important de rappeler ou d’indiquer que sa mutation de réseau social à média social marque ici toute la différence avec les autres réseaux sociaux, tels que Facebook ou Snapchat (ciblant plus particulièrement la tranche des 18-24 ans), ou encore Instagram qui ont pour vocation de créer une réciprocité contrairement au petit oiseau bleu.
Ainsi Twitter est devenu à part entière un média, qui livre informations, nouveautés et fait écho de l’actualité en temps réel sur diverses problématiques, différents sujets (société, généraliste, politique, mode, santé, éducation, finance, …) vers différentes cibles (grand-public, journalistes, spécialistes, entreprises, influenceurs, bloggeurs…).
Sa mutation en qualité de média fait aujourd’hui de lui un acteur important et incontournable dans l’écosystème de (la course à) l’information en continu et dans le « tracking » du/des sujet(s) tendance(s) (TT – Tweet Trend) ou phare(s) de la journée, de la semaine, voire de l’année.
Ainsi sa mort annoncée est-elle vraiment mesurable ? Ne faut-il pas plutôt prendre en compte le statut particulier qui fait de lui un média à part entière et non plus un réseau social, étiquette qui lui colle « aux ailes » ? Autre question : peut-on toujours comparer ce qui ne l’est pas ? Et pour cela je vous renvoie à l’excellente tribune de Marie Dollé, publiée sur L’ADN le 09 juin 2016 (Source : ladn.eu).
Et pour finir ne faut-il pas plutôt le considérer comme réseau social devenu média qui pourrait renaître de ses cendres ? Il est clair qu’aujourd’hui la disparition de Twitter serait sûrement vécue comme un cataclysme pour un nombre certain d’utilisateurs ou de followers malgré la désaffection qu’il connaît actuellement et son manque cruel de renouveau en termes d’inscriptions. En effet, au-delà des chiffres, au-delà de ses fonctionnalités (ou pas), aucun réseau / média social n’a autant d’impact et de portée que Twitter actuellement.
Twitter ne semble pas avoir dit son dernier tweet et son influence sur tous les sujets ne tend pas à décroitre, bien au contraire ! (Toute réserve gardée)

_________________________________________________________
Les 2 tomes :
_________________________________________________________

    

_________________________________________________________
un extrait :
_________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s