Gold sponsor du blog
Microsoft Surface Pro Six Financial Information - données financieres - MArket Data

sponsors
Caceis, un des leaders mondiaux en Asset Servicing  Cap-Fi Group cabinet en banque finance assurance  Quanteam cabinet en assurance banque asset management
sponsor du blog

Extrait du livre Blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux »

_________________________________________________________
Texte de Cyril Bladier
_________________________________________________________

Prenez/ prendre les réseaux sociaux pour ce qu’ils sont

Depuis quelques mois, les réseaux sociaux sont très à la mode dans l’univers pro. On pense qu’ils ont pris une bonne place dans notre quotidien professionnel. Néanmoins ils restent encore méconnus et souvent mal utilisés.
Que ce soit à titre personnel (carrière, networking, besoin de notoriété…) ou pour une marque (recrutement, marketing RH, inbound marketing, social selling…), on oublie très souvent que nous ne sommes pas propriétaires de nos profils (personnels) ou de nos pages (entreprises). On ne fixe pas les règles du jeu et on ne peut faire ce qu’on veut. Sans compter que les règles de ces plateformes évoluent.
Facebook a tout fait pour qu’on puisse développer son audience avant de nous expliquer qu’il allait falloir payer pour la toucher. LinkedIn nous a poussé à utiliser son moteur de recherche pour trouver des contacts, des candidats, des prospects… avant d’en limiter l’usage et de le faire payer.
On a donc l’impression que quand on parle de ce dont on est propriétaire et où on est libre de faire ce qu’on veut, on est du siècle dernier et « à côté de la plaque ». Beaucoup d’entrepreneurs font ou veulent faire reposer la présence digitale et le développement de leur business sur un réseau social, au détriment de leur site ou même à la place de leur site. C’est un très gros risque.
On oublie que ces plateformes ne sont pas des espaces pour créer nos présences professionnelles, mais des espaces où on va essayer de faire connaître son offre pour rediriger ensuite du trafic vers son site où on pourra notamment tracker qui vient, pour y faire quoi et éventuellement récupérer ces coordonnées. Impossible d’en faire autant sur les réseaux sociaux.
Néanmoins, les réseaux sociaux peuvent avoir un énorme pouvoir. Ils ont l’avantage d’être quasiment gratuits (créer un profil ou une page ne coûte rien). L’un des intérêts principaux selon moi est qu’avec ces outils nous avons tous la possibilité de devenir des médias. Certes LinkedIn ou Facebook sont de gigantesques bases de données et peuvent être des outils de recommandation ou de mise en relation. Mais ce sont surtout des opportunités que nous avons d’être des médias, d’avoir des lecteurs et des ambassadeurs.
Quand j’ai fini mon premier cycle d’études supérieures en 1993, le seul outil de communication qui existait pour la majorité c’était le CV (pour les candidats) ou le téléphone (pour les commerciaux). Mais on avançait à l’aveugle : difficile d’avoir le nom du décideur et d’entrer en contact avec lui. Aujourd’hui on l’identifie en quelques clics et il peut venir à nous après nous avoir identifié. Je n’ai par exemple pas passé un appel ni envoyé un email de prospection depuis que j’ai démarré mon activité en 2011. Aujourd’hui, je travaille (ou j’ai travaillé) pour 1/3 du CAC 40 et des marques mondiales. Cela s’est fait uniquement suite à des appels entrants généralement provoqués par ma présence et mes interactions sur les différentes plateformes.
Pour espérer retirer un minimum de bénéfice de sa présence, il y a 3 leviers ; ce que j’appelle les « 3 BE ». BE Found : optimiser son profil pour qu’il puisse être trouvé. BE Seen : faire en sorte de se rendre visible par son contenu et ses interactions (ATTENTION : les réseaux sociaux ne sont pas des outils de PUSH). Attention également à ne pas tomber dans le travers du « brassage d’air » (publier sur tout et n’importe quoi dans l’unique but de se rendre visible ni dans celui du « Hope Marketing » (publier, souvent en push et attendre que le contenu soit repéré et que quelqu’un vienne sur le profil). BE in touch : entrer en relation sur approche directe via la recherche avancée.

_________________________________________________________
Les 2 tomes :
_________________________________________________________

    

_________________________________________________________
un extrait :
_________________________________________________________